LE PROPHÈTE JONAS



       Jonas vivait au huitième siècle avant Jésus Christ. Il en est question dans le deuxième livre des Rois (2R 14,25.) C'est un contemporain d'Amos et d'Osée, sous le règne de Jéroboam II (787-747).

       Ninive, la grande ville vers laquelle il est envoyé par Dieu, représente la puissance assyrienne qui deviendra l'occasion de la chute d'Israël en 721. Ninive sera à son tour détruite en 621 avant Jésus-Christ.


Jonas par Michel Ange
 
       Les exégètes situent la rédaction du livre vers le cinquième siècle. L'auteur du livre de Jonas blâme ceux qui mettent une limite à la miséricorde de Dieu, laquelle s'étend à toutes ses créatures et non seulement à son peuple Israël.

       Le livre se présente comme un récit biographique, son style relève de la parabole! Le récit s'apparente aux midrashim (récits visant à illustrer des vérités spirituelles fondamentales).

       Jonas est envoyé par Dieu pour annoncer un châtiment divin sur Ninive, la grande ville assyrienne. Le prophète refuse d'obéir, bien plus il s'embarque sur un navire loin de la face de Dieu. Une tempête survient alors, et les marins tirent au sort pour savoir qui en est la cause. Jonas est désigné, et il doit expliquer qu'il fuit devant Dieu. A sa demande, Jonas est alors jeté à la mer et est englouti dans le ventre d'un grand poisson. C'est la condition pour que l'embarcation païenne soit sauvée. Ce passage est une évocation prophétique du Christ Jésus, qui donnera sa vie pour une multitude et sera enseveli dans la mort durant 3 jours et 3 nuits. Vomi à terre par le grand poisson, le prophète reprend sa mission et annonce à Ninive les châtiments divins. Il n'a pas marché plus d'une journée que la ville se convertit et se revêt de sacs et de cendres. Dieu revient sur les châtiments qu'il avait annoncé, et Jonas par dépit réclame la mort (Jon 4,3-8).

       Jonas représente l'attitude du peuple d'Israël infidèle à sa mission. Le salut pourtant viendra par le peuple Juif. Saint Pierre, le fils de Jonas (Simon bar Jona), celui qui gouverne la barque de l'Église, ira prêcher à Rome. On peut donc voir dans ce récit une prophétie sur l'Église.

       Avec Jonas, Israël qui est le dépositaire de la Révélation n'a pas annoncé le message du salut à un peuple indigne. Comment penser pour un homme zélé de la loi que la miséricorde de Dieu puisse s'étendre à des païens qui n'ont pas observé la Torah! La lecture de ce livre se faisait chaque année au Kippour.

       En fait, seul le Messie sera capable d'assumer cette mission de salut universel. Jésus par sa mort et sa résurrection, donnera sa vie pour une multitude. Cette Résurrection du Christ est annoncée par Matthieu, un juif qui justifie les Écritures (Mt 12,40).

       Dans l'Évangile, deux allusions sont faites au livre de Jonas, dans Matthieu et dans saint Luc, quand Jonas devient un signe avec la reine du midi pour a conversion des pécheurs (Mt12,38-41), (Lc11,29-32).

       A la prompte conversion des Ninivites s'oppose la rébellion et l'endurcissement du cœur de ceux qui ont failli à leur mission. Les ninivites deviennent à leur tour un signe de pénitence pour tous les peuples. Aussi, comme l'enseigne Jésus, «les Ninivites se lèveront au jour du jugement contre cette génération et la condamneront, parce qu'ils se sont convertis à la prédication de Jonas» (Mt 12,41).