LE PROPHÈTE JOËL



         Le prophète Joël dont le nom signifie : "le Seigneur est éternel", est le fils de Péthel "simplicité de Dieu". On sait peu de choses sur sa vie, mais il connaît bien Jérusalem et appartient vraisemblablement à la tribu de Juda, comme en témoignent ses descriptions sur le Temple de David et sur la ville de Jérusalem.

       Le livre est divisé en deux parties : une invasion de sauterelles, puis le jugement des nations. L'unité des deux parties est assurée par la référence au jour de Yahvé : ce jour dont on peut être délivré par le jeûne et la pénitence.

       Le livre s'ouvre une invasion de sauterelles! Le rapport est étroit entre cette catastrophe et les infidélités du peuple. « Les offrandes et les libations ont disparu de la maison de Yahveh! » (1,13). Le prophète demande un jeûne ! La détresse actuelle n'est rien cependant en comparaison de celle qui accompagnera le jour du Seigneur. Cependant, « le Seigneur est compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en pardon (2,13) » et la condamnation peut être évitée. D'où l'appel à la conversion. Les chapitres 3 et 4 annoncent le « jour de Dieu ». Toutes les nations de la terre y seront convoquées ! C'est une prophétie eschatologique.

       Joël annonce aussi la venue de l'Esprit de Yahvé qui sera répandu à la Pentecôte (Ac2,16).

Cette prophétie sera reprise par saint Pierre. En cela, Joël souligne qu'un temps nouveau commencera, celui de l'Esprit. Pour les catholiques, c'est le temps de l'Église !

       Le thème central du livre de Joël est l'annonce du jour de Dieu quand le Seigneur manifestera sa puissance et jugera les peuples. D'abord, il jugera le peuple d'Israël en fonction de son attitude vis-à-vis de son Dieu, puis les peuples étrangers en fonction de leur attitude vis-à-vis d'Israël. La venue de ce jour sera précédée par des phénomènes dévastateurs. Une invasion d'insectes, la sécheresse, un incendie, une invasion militaire servent à illustrer la force destructrice de ce jour (1, 2-12)(15-18)(2.1-11).

       Ce livre prophétique annonce que les calamités et les fléaux qui s'abattront sur le peuple n'auront d'autres causes que l'abandon du Dieu d'Abraham, et l'infidélité à l'alliance. Joël appelle donc le peuple à la prière, au jeûne, à l'humiliation. Faute de cette repentance, la punition divine sera terrible pour les impies. Mais après cela le pardon divin comblera son peuple de toutes bénédictions.

Pourquoi devons nous être jugés dans un jugement général questionne le catéchisme :
  1. Afin de glorifier le nom de Dieu qui a été déshonoré par la conduite des hommes, et ici en particulier d'Israël, son peuple terrestre.
  2. Pour la gloire de Jésus Christ.
  3. Pour la gloire des saints.
  4. Pour la confusion des méchants :
    • abaisser ainsi l'orgueil des nations qui se sont élevées contre Dieu (Abdias 15; Isaïe 2 : 12-19),
    • apprendre la justice aux «habitants du monde» (Ésaïe 26 : 9). Aussi, ce jour est-il terrible sur ceux qui ont péché contre Le Seigneur (Soph. 1, 14-18). C'est un jour de destruction (Ésaïe 13 : 6-9), de vengeance (Ésaïe 61 : 2; 63 : 4; Jérémie 46 : 10), de colère (Soph. 2 : 2), de ténèbres (Amos 5 : 20).
      Dieu a établi un jour auquel il doit juger en justice la terre habitée, par un homme qu'il a destiné à cela, cet homme c'est le Christ (Actes 17 : 31). Ces jugements atteindront la terre habitée tout entière (Apoc. 3 : 10),
  5. Enfin pour que le corps ait avec l'âme la sentence de récompense ou de châtiment.