Retour
              L'ECHO DU FENOUILLET
Bulletin paroissial N°3 - septembre 2009
LA CRAU-LA MOUTONNE

    Trimestriel
Abonnement annuel : 6,50 €
Père Samson,
1 impasse de la Panouche
83260 LA CRAU
tel : 0494 667 324


La rentrée


       Le 4 octobre, mémoire de Saint François d'Assise, la fête de la rentrée paroissiale marquera la reprise de nos activités : la kermesse aura lieu comme chaque année, après la messe célébrée à 10h, suivie d'un apéritif dans les locaux de la paroisse. Venez nombreux pour cette belle rencontre !

       2010 sera la deuxième année de la diaconie du Var, solennisée ici à La Crau le dimanche 15 novembre à 10h30 : seront présents les divers mouvements associatifs et caritatifs de notre doyenné de Cuers. Notons à ce propos la nomination, par Monseigneur REY, de notre nouveau doyen : l'abbé Adrien ARNAUD, directeur du séminaire de la Castille.



Les projets


       Cet été, nous étions heureux de rencontrer le père Damien OGUE, recteur du petit séminaire Saint Joseph d'Adjatokpa au Bénin. Nous avons lancé avec lui, un parrainage auprès des 150 petits séminaristes dont il a la charge. Pour 60 euros vous pouvez parrainer un séminariste qui s'engage à entretenir avec vous une correspondance. Nous avons déjà 18 inscrits. Vous êtes invités à consulter le site Internet de la paroisse (paroissedelacrau.org) qui rappelle des liens privilégiés que la Providence nous a permis de tisser avec ce beau pays. Ici à La Crau vous avez eu la joie, en son temps, de connaître le père Cyrille qui lui-même, a été formé dans ce petit séminaire. Durant les temps forts de la nouvelle année liturgique, nous évoquerons à nouveau ce partenariat.  




Le KT


       La rentrée, c'est aussi la reprise du catéchisme en France. TF1 vient de s'en faire le porte-parole! Aussi avons-nous conscience de l'importance de l'éducation religieuse que nous avons promise à Dieu lors du baptême de nos enfants?

       Les inscriptions ont débuté le 5 septembre, au secrétariat de la paroisse. Il n'est cependant jamais trop tard pour le faire. La rentrée a eu lieu le 22, 23 et 26 septembre à La Crau comme à La Moutonne.

       Les messes des familles auront lieu le samedi à 18h à La Crau (consultez le calendrier). Mais je rappelle que tous les week-end, les enfants participent à la procession des offrandes lors de la messe du samedi ou du dimanche qui reste un devoir grave pour tous les chrétiens comme le rappelle le Concile.
 

       Une innovation pour 2010 : la reprise de la profession de foi (autrefois appelée communion solennelle) et cela en 6ème, elle aura lieu cette année le lundi de Pâques (13 avril 2010), suivie du sacrement de confirmation en Juin. ( la date reste à fixer !)

       N'oublions pas que KT, ce n'est pas seulement une affaire de jeunes. Beaucoup de nos contemporains aujourd'hui sont seulement baptisés ou communiés. A leur intention, le doyenné organisera chaque mois à La Crau des rencontres en vue d'un catéchuménat adulte. Les personnes qui désirent recevoir la Communion, ou la Confirmation, peuvent s'adresser au secrétariat. La première rencontre est fixée au 6 octobre à 20h30 avec Claire et Corinne de La Farlède. Le 17 octobre une journée de réflexion aura lieu à notre Dame des anges de 10h à 16h.



Temps forts


         L'année 2010, sera pour notre paroisse un temps fort marial. Déjà tous les 1ers samedi du mois à 14h30, une veillée de prières est organisée pour honorer le Cœur immaculé de Marie et recevoir le scapulaire.

       Pour préparer la consécration de notre paroisse, au Cœur immaculé de Marie le 31 mai 2010, fête de Notre Dame de la Visitation, deux pèlerinages sont organisés :
  • les 7 et 8 novembre à Notre Dame de la SALETTE


  • du 10 au 15 mai à Notre Dame de FATIMA
Inscrivez-vous au presbytère.

A chacun nous souhaitons une bonne et sainte année pastorale




Les nouveautés


       Face à la crise économique, le Saint Père Benoît XVI, vient de nous proposer une réflexion sur les enjeux de la mondialisation, dans son encyclique Caritas in veritate. Aussi la paroisse organise, durant toute l'année un cycle de réflexion sur la doctrine sociale de l'église, animée par Cyril Brun Cortes. Les premières sessions se dérouleront à 20h30 les 21 septembre, 19 octobre, 21 novembre et 7 décembre salle Saint Martin.



Hommage du père Montech à Marguerite Verez


       Nous sommes réunis aujourd'hui dans cette église pour célébrer le "passage" d'une croyante, notre amie, Mme VEREZ, Maggy VEREZ... Sa place dans notre église restera vide désormais! Et lorsque nous nous retrouverons chaque dimanche, lorsque nous mettrons les pieds au secrétariat, lorsque les Amis de l'Église se réuniront, lorsque nous entendrons la chorale Azur chanter, nous ne pourrons pas ne pas nous souvenir: une personne, un visage, un sourire, quelqu'un qui nous a aimés et que nous aimions. Aujourd'hui, nous sommes tristes, mais notre tristesse est tempérée par le souvenir. Le souvenir de toute une vie. Car la mort est partie inhérente de la vie, elle est comme la continuation de la vie, ce qui lui donne sens et valeur, car elle est accomplissement.

         Nous relisons aujourd'hui cette phrase paradoxale de saint Jean: "Nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons." Passer de la mort à la vie, c'est l'inverse du processus naturel, puisque tous, nous sommes destinés à passer de la vie à la mort. Pourquoi Jean nous fait-il cette annonce paradoxale? C'est qu'il fait référence à son ami Jésus, qui est mort et ressuscité. Il a vécu pendant quelques années dans son intimité, si bien que, pour lui, le Christ est devenu l'Amour personnifié, l'amour vécu. Il l'a fréquenté, il l'a admiré. Jamais il n'a rencontré homme aussi extraordinaire. Il dit que "Dieu est Amour"; mais le mot amour est trop vague. Lui, Jean, a vu des gestes simples, concrets, de son ami Jésus. Il a vu des regards, qui étaient des regards d'amour. Il a été témoin de son extraordinaire proximité avec les petits, les enfants, les jeunes, les femmes, les malades, tous ceux que la société de l'époque marginalisait et traitait de pécheurs infréquentables, aussi bien les malades que les publicains. Et puis, un jour, le Christ est passé de la mort à la vie. Jean était là, auprès de la croix, et il fut le premier à croire en sa résurrection au matin de Pâques, quand il vit le tombeau vide. Il fut parmi les premiers à le revoir vivant. Des années plus tard, faisant l'expérience intime d'une mystérieuse présence permanente de l'homme de Nazareth avec lui, compagnon de sa route terrestre, il écrit aux Églises qu'il a fondées, comme un testament, une simple formule, cent fois rabâchée: "Aimez-vous".De plus en plus, il précisera ce commandement reçu du Christ lui-même: aimer, ce n'est pas n'importe quoi. Ce ne sont pas des paroles, des simples "je t'aime". Ce sont des actes. Et ça prend toute la vie.

       Apprendre à aimer, effectivement, ça prend toute une vie. Il n'y a que deux directions: l'amour de soi ou l'amour des autres. Il s'agit donc de privilégier, dans toute son existence, l'amour des autres. Sinon, c'est la mort. Ce n'est pas une question d'âge, c'est une question d'orientation. Il y a des jeunes - nous en connaissons certainement, hélas - qui sont radicalement morts. Et il y a des vieillards qui, jusque dans leur grand âge, sont extraordinairement vivants. Notre amie Mme VEREZ était de ceux-là. Cet amour, il était simple. C'est celui d'une épouse, d'une mère de famille nombreuse, d'une grand-mère et arrière grand-mère. Il est fait de gestes simples, de gestes de la vie de tous les jours au sein d'une famille, comme l'évangile nous l'a .fait entendre: «j'avais faim, soif, j'étais malade, nu, vous vous êtes occupés de moi ».

       C'est celui d'une femme engagée au service de l'église au nom de sa foi. Et pour avoir travaillé avec elle pendant 9 ans, je peux dire qu'elle considérait son travail de secrétariat comme un vrai service pastoral, un lieu où elle pouvait témoigner de sa foi. Combien de couples, venant inscrire le baptême de leur enfant, l'ont entendue avec le sourire, leur témoigner de l'engagement que signifiait le baptême pour des parents ! Combien de fois aussi ne m'a-t'elle pas un peu secoué quand elle trouvait que je traînais un peu dans certains dossiers ou rencontres ? En quittant La Crau, j'avais même une adresse de gens à visiter à Saint Maxime.

       De tout cela et de biens d'autres choses, vous êtes ce matin dans cette église témoins devant Dieu. Vous êtes invités à dire au Seigneur « parce qu'elle nous a aimés et servis ainsi, Seigneur accueille-la dans ton Royaume. Pardonne-lui les fautes qu'elle a pu commettre, car elle avait aussi son caractère. Fais-la vivre auprès de toi, toi qu'elle a aimé, cherché et servi toute sa vie. » Vous êtes également invités à vous confier à la prière de notre sœur Maggy, car si nous croyons qu'elle est passée de la mort à la vie, nous savons qu'elle a cette nouvelle et éternelle manière de nous aimer, qui est de prier pour nous.

       C'est ce que l'évangile appelle" la vie éternelle". Une vie qui ne finira pas, puisqu'on est « passé de la mort à la vie» quand on aime. Cette vie éternelle, nous dit Jésus, est déjà commencée. Et tout au long de notre route terrestre, on s'y entraîne. Imparfaitement, certes, avec des hauts et des bas. On apprend, à longueur de vie, à ouvrir nos yeux, nos oreilles, nos mains et notre cœur pour ceux qui ont faim, pour ceux qui sont" malades, nus ou en prison" (relire Matthieu 25) Un jour, l'entraînement terminé, nous serons capables de rejoindre notre amie Maggy et de vivre avec elle dans l'éternité de l'Amour. Ce jour-là, Jésus nous dira, à nous comme à elle: "Venez, les bénis de mon Père, chanter éternellement dans la chorale du Bon Dieu."

Le père Montech




ANNONCES PAROISSIALES


       C'est avec nos prières que nous accompagnerons le père Alain Boussand comme curé de Saint Aygulf et cérémoniaire du diocèse de Toulon, l'occasion pour nous de le remercier et de le revoir lors des cérémonies du diocèse. La paroisse s'est retrouvée autour de lui le 20 Septembre à la salle saint Martin pour un pot d'amitié.

Nos Joies

Nos peines

Maurice DESVENAIN – Michel BACHOLET – Gérard LEAUTIER – Paulette LION – Christian BORLOZ – Jean FINO – Maurice BOUTY – Marie SAGOLS – Francis POORTERMAN – Samuel CARRUBBA – Justine et léo GRESSLER – Marguerite ANOT – Eugénie BERNARD – Mireille CUISSARD – Suzanne LLORENS – Berthe CAVALIE – Anna GASTAUD – Dominique VERSINI – Renata TROGLIA – Eva MATHIEU – Toussaint ITALIANO – Jean PELLEGRIN – Jean SOUCHON – Martine NESGUEN – Carlo TELANI – Baptiste LEON – Maria BERNARDI – Anna ISNARD – Marguerite VEREZ – Marius RIVIERE – William BRUNO.

A noter




Un mot pour rire


       Un évêque, de retour de voyage par le train, arrive en gare chargé d'une énorme valise qu'il avait bien du mal à soulever. Descendant sur le quai encombré de ce volumineux bagage, il tombe nez à nez avec un porteur qui le reconnaît aussitôt et lui dit :
       « Ne bougez pas, Monseigneur, je vais chercher le diable ! »



   Retour