L'ÉCHO DU FENOUILLET
Bulletin paroissial N°17 - juin 2014
LA CRAU - LA MOUTONNE

   

Trimestriel
Abonnement annuel : 6,50 €
Père Samson,
1 impasse de la Panouche
83260 LA CRAU
tel : 0494 667 324


Vers une nouvelle Pentecôte




 
Saint Jean XXIII et Saint Jean Paul II
         L'Ère messianique était attendue comme celle de l'effusion de l'Esprit. Ainsi, le prophète Joël annonçait que «Dieu répandrait son esprit sur toute chair, qu'il opérerait des prodiges dans le ciel et sur la Terre» (Jl3,1). Le prophète Habacuc avait prophétisé que «des rayons de lumière sortent de ses mains, car là se cache sa puissance, et sa majesté a couvert les cieux et la terre a été remplie de sa gloire» (Hab 3,4).
Ezéchiel, devant une vision d'ossements desséchés, avait entendu la voix du Seigneur lui dire : (Ez 37, 9): «Prophétise à l'Esprit, prophétise, fils d'homme. Tu diras à l'Esprit, ainsi parle le Seigneur... Viens des quatre vents, Esprit, souffle sur ces morts, et qu'ils vivent…».

Or ces prophéties se sont accomplies le jour de la Pentecôte. A la Pentecôte, Dieu nous a parlé par des signes : d'abord par un bruit venant du Ciel, un vent violent, puis par un déluge de feu en forme de langues. Ce bruit réveille, cette flamme brûle, ce vent élève et spiritualise, ce feu purifie et réchauffe. La transformation est immédiate chez les apôtres qui deviennent des hommes spirituels et comprennent enfin le message du Christ. Ils parlent de nouvelles langues.

C'est cet Esprit que des enfants vont recevoir à Solliès-Pont le jour de leur confirmation, ou à Fréjus pour les adultes, le jour de la Pentecôte des mains de monseigneur Rey.

Si nous étions adaptés à la venue de l'Esprit Saint sans mettre de résistance, nous serions remplis de vérité comme les Apôtres (Jn 14, 26) « L'Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit». Nous serions aussi remplis d'amour(symbole des langues de feu) et de force (Saint Pierre, Ac 2, 14), puis nous serions comblés de consolation. D'autre part, L'Esprit apaiserait les besoins de nos intelligences et comblerait les désirs de nos cœurs. Dans son épître aux Romains, Paul nous dit que c'est l'Esprit qui a ressuscité Jésus et que c'est ce même Esprit qui vivifiera nos corps mortels. Ainsi, dans un certain sens, la Fête de la Pentecôte est aussi importante que celle de Pâques.

Aujourd'hui, en notre temps, la parole du Saint Esprit s'est faite entendre au Concile. Le pape François nous dit que : «dans la convocation du Concile, le saint Pape Jean XXIII a montré une docilité à l'Esprit Saint, et cela a été le grand service qu'il a rendu à l'Église catholique. Jean Paul II, lui, dit qu'il « a été le pape de la famille ». Mû par ce même Esprit, il a actualisé le Concile, et on peut dire que tous ses voyages et ses écrits sont une parole de l'Esprit Saint pour le monde, en sachant que l'Église, par institution du Christ, est gardienne de la vérité pour l'enseigner dans toute son intégrité. (RH)

Dès lors, Jean XXIII et Jean Paul II ont été inscrits au catalogue des saints, ce qui nous a remplis de joie. De la même façon, le pape Paul VI sera béatifié le 19 octobre 2014, à l'issue du synode sur la famille.
    Paul VI a mené à son terme le concile Vatican II (1962-1965), un concile qui a ouvert l'Église catholique aux autres religions et à la société. Paul VI fut, lui aussi, un grand défenseur de la famille en promulguant l'encyclique «Humanae Vitae», mais aussi un pape incompris.

Le pape François a voulu mettre en lumière son action et sa pensée en le béatifiant.

L'Église attend maintenant une nouvelle Pentecôte. Pie XII, le 8 décembre 1954, a déclaré à la Jeunesse féminine de l'Action catholique : «le jour va venir où une nouvelle infusion mystérieuse de l'Esprit Saint enveloppera tous les soldats du Christ, et les enverra apporter le salut parmi les misères de la terre. Et ce seront des jours meilleurs pour l'Église et à travers l'Église pour le monde entier». Prions la Sainte Trinité, et la Vierge Marie, Mère de l'Église, que ce jour arrive bientôt.
Père Samson



Dieu est–il de gauche ou de droite ?


           «Voilà ce qu'on peut appeler une question récréative. On pourrait situer Dieu à droite, dans la mesure où il nous impose des commandements qui n'ont fait l'objet d'aucune délibération préalable, mais on pourrait bien le voir à gauche, puisqu'il pardonne les infractions, ce que la droite a toujours beaucoup de peine à faire. Il serait abusif de le dire «centriste», sous le prétexte que, d'après Pascal, l'univers est un cercle dont le centre est partout, et la circonférence nulle part. Pour trancher, il faudrait que l'on puisse établir une distinction nette entre la droite et la gauche. Or, depuis la mort des idéologies, qui ont expiré sous nos yeux, la différence entre les deux partis ne tient plus qu'à des nuances verbales». Cependant il existe toujours des «hommes de gauche» et des «hommes de droite» qui ne se ressemblent pas du tout, même lorsqu'ils mènent la même politique.

       On pourrait remonter au péché originel, dire que l'homme de gauche n'y croit pas, tandis que l'homme de droite y croit tellement qu'il a peine à croire à la rédemption. Mais il est plus simple de dire que l'homme de gauche croit agir selon son cœur, l'homme de droite selon sa raison, et qu'ils se trompent tous les deux.

Quant à Dieu, on le voit mal tenant à l'aise dans l'un ou l'autre parti, et l'on peut se demander si ce n'est pas lui qui a inspiré cette maxime sévère de Simone Weil (la philosophe), dont le génie commence ou finit celui de Pascal : «il faut toujours être prêt à changer de camp avec la justice, cette fugitive du camp des vainqueurs».

André Frossard,
«Dieu en question»,
l'ami de Jean Paul II.


ANNONCES PAROISSIALES


Sont devenus enfants de Dieu par le Baptême :

  Antoni ARNAUD – Maïa TAGLIAMENTO - Méaline TOUCAS – Manon FONTAINE - Bastien RENDU – Jean BLANC – Kélya MIRIDJANIAN - Léa CERATO - Lola CLEMARES – Alice MARQUIER – Mya Marie GOUIRAN - Adrien WARGNIES – Laurence BUILLES – Manon LUCIANI.

Pourquoi choisir le nom d'un saint au baptême ? :

Il n'y a pas de meilleurs modèles que les saints, ni de meilleurs auxiliaires. Si mon saint patron est un saint, j'ai un ami auprès de Dieu.

Nous ont quittés :

  André ARDOUVIN - Danielle FROSINI - Angèle BRUNETTO – Jean Jacques BUSSONE - Jean Luc BRIOLLEZ – Lucien PALOMA – Léontine MOTTON – Lina CAVARCO - Marie Louis LIEUTAUD - Jean DRAPERI – Pierre ISOARDI - Lucie GROSSI – Joseph MAGASI – Evelyne BARREAU – Fernand ARENE.
R.I.P.

Se sont unis devant Dieu par le sacrement du mariage :

  Francisco RAMOS et Frédérique ELIE – Daniel MIRALLES et Yvonne STOLL - Stéphane BLANC et Fanny MERIT – Cyril COQUILLAT et Caroline OLIVIER - Gabriele GOUIRAN et Emilie EXBRAYAT – Lionel REGARD et Aurélie SWIDURSKI – Anthony GONCALVEZ et Emilie FERRAND.

«un homme et une femme unis dans le mariage forment avec leurs enfants une famille. Cette disposition précède toute reconnaissance par l'autorité publique, elle s'impose à elle» CTC N°2202.

Quelques avis :

  Inscrivez vos enfants au patronage pour la rentrée 2014-2015. Tous les mercredis un minibus les conduit au Pradet de 14H00 à 17H45. Les pères Antoine et Marc ont toute l'année assuré le service, qu'ils en soient fortement remerciés. Le Père Antoine vient d'être nommé curé de Colobrières, tandis que le Père Marc a assuré la messe selon le rite extraordinaire.
  La chorale a rencontré nos amis argentins Sergio et Ethel. Ce fut un moment de bonheur et de partage avec des danses et des chants. Merci à ceux qui ont fait le déplacement.
  • L'inscription pour le catéchisme a lieu dès maintenant à la salle saint Martin, mais c'est au Forum des associations le 6 septembre que sont enregistrés à notre stand les enfants du Catéchisme.
  • Pendant les vacances, c'est le Père Hoan qui assurera les remplacements sur la Paroisse de La Crau.
  • Nous recherchons un liturgiste pour accompagner nos messes du Dimanche et la chorale paroissiale qui se réunit tous les samedis à 16H30, salle saint Martin. Le concert de la chorale aura lieu à l'église le samedi 21 Juin à 20H30.
  • Je rappelle que le prix des messes est fixé à 17 Euros par décision du conseil presbytéral.
  • Le 15 juin, le Doyenné organise une rencontre des familles à Puget Ville : apporter le pique-nique. Une conférence et les Vêpres sont au programme.
  • le 22 juin, c'est la communion privée

«Gutta cavat lapidem». La goutte d'eau finit par creuser la pierre la plus dure.
Don Bosco


« UNE BELLE PRIÈRE »




« AIMES-MOI TEL QUE TU ES »
Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme ; la faiblesse et les infirmités de ton corps ; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances ; je te dis quand même :«Donne moi ton cœur».

« AIMES-MOI TEL QUE TU ES »
Si tu attends d'être un ange pour te livrer à l'amour, tu ne M'aimeras jamais. Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu voudrais ne jamais connaître, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas M'aimer.

« AIMES-MOI TEL QUE TU ES »
A chaque instant et dans quelque disposition que tu te trouves, dans la ferveur ou dans la sécheresse, dans la fidélité ou dans l'infidélité.

« AIMES-MOI TEL QUE TU ES »
Je veux l'amour de ton cœur indigent ; si, pour m'aimer, tu attends d'être parfait, tu ne m'aimeras jamais. Mon enfant, laisse moi t'aimer, je veux ton cœur. Je compte bien te former, mais en attendant, je t'aime comme tu es, je souhaite que tu fasses de même ; je désire voir, au fond de ta misère, monter l'amour. J'aime en toi jusqu'à ta faiblesse. J'aime l'amour des pauvres : je veux que, de l'indigence, s'élève continûment ce cri : Seigneur je vous aime. C'est le chant de ton cœur qui m'importe. Qu'ai-je besoin de ta science et de tes talents ?

Ce ne sont pas les vertus que je te demande, et si je t'en donnais, tu es si faible que bientôt l'amour propre s'y mêlerait ; ne t'inquiète pas de cela. J'aurais pu te destiner à de grandes choses ; non, tu seras le serviteur inutile, je te prendrai même le peu que tu as, car je t'ai créé pour l'amour. Aime, l'amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses ; ne cherche qu'à remplir le moment présent de ton amour.

Aujourd'hui je me tiens à la porte de ton cœur comme un mendiant, moi le Seigneur des Seigneurs. Je frappe et je t'attends, hâtes-toi de m'ouvrir, n'allègue pas ta misère. Ton indigence, si tu la connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Cela seul qui pourrait me blesser le cœur, ce serait de te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit. Je ne veux pas que tu poses l'action la plus insignifiante pour un autre motif que l'amour. Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force ; tu m'as donné l'amour, je te donnerai d'aimer au-delà de ce que tu as pu rêver. Mais souviens toi :

« AIMES-MOI TEL QUE TU ES »
N'attends pas d'être un saint pour te livrer à l'Amour, sinon tu ne m'aimeras jamais.