Retour
L’ECHO DU FENOUILLET
Bulletin paroissial N°2 - Avril 2009
LA CRAU-LA MOUTONNE

    Trimestriel
Abonnement annuel : 6,50 €
Père Samson,
1 impasse de la Panouche
83260 LA CRAU
tel : 0494 667 324


Vendredi Saint


       Jésus, nous dit l’apôtre saint Pierre a tracé le chemin afin que nous suivions ses pas, nous laissant un modèle pour que nous suivions ses traces. (1P 2 ,21).

       Le Vendredi Saint ! Faudrait-il se taire, garder silence, comme on le fait auprès d’un mort ! Mais Jésus n’est pas un mort ordinaire ! Tous les sacrements que nous donnons dans l’Eglise rappellent sa mort. «Par le baptême, nous dit saint Paul, nous avons été plongés dans sa mort !» Et la seule fierté de l’apôtre : «c’est de connaître Jésus et Jésus crucifié.» Le mérite des medias, quand ils nous montrent la Passion de Jésus, c’est de nous rappeler jusqu’où a été l’amour de Celui qui s’est livré à la mort pour chacun d’entre nous. «Lui qui nous a aimé, et s’est livré pour nous.» comme le rappelle saint Paul dans son épitre aux Galates.

       Aussi quel sens faut-il donner à la mort de Jésus ?

       Le prophète Isaïe le dit explicitement : «parce qu’il a connu la souffrance mon Serviteur justifiera les multitudes». Et Jésus lui-même en donnera le sens au soir de Pâques, quand il chemine sur la route avec les disciples d’Emmaüs.

       «Ne fallait-il pas que le Christ endurât ces souffrances pour entrer dans sa gloire». (Lc 24,24)

       La Croix est le mystère de notre vie.

       La souffrance, nous y sommes tous confrontés. S’il est vrai que notre nature humaine nous porte à rejeter la souffrance, voire à nous révolter devant la Croix, pourtant nous devons l’affirmer, cette croix ouvre une brèche dans l’obstination du cœur humain gangrené par la haine et l’égoïsme comme l’enseignait Jean-Paul II. Jésus veut ainsi associer à son sacrifice ceux là même qui seront un jour les bénéficiaires de sa gloire.

       La compassion demeure ainsi le véritable remède à la douleur du monde. Marie, la Mère de Jésus, a été la première à compatir et à faire avec Jésus le chemin de la Croix. Elle était debout à écouter les dernières paroles de son Fils cloué sur le gibet de 9 heures du matin à 15 heures, l’heure de sa mort. Marie nous enseigne ainsi à être là quand toutes les paroles sont devenues inutiles.

       Le pape Jean Paul II rappelait dans son encyclique sur la souffrance que celle-ci avait un sens quand elle était offerte en union avec la Croix de Jésus : «Vous qui êtes malades, handicapés ou courbés sous le poids des ans, vous devenez d’irremplaçables médiateurs des biens indispensables pour le monde».

       En ce temps de Carême, aidons aujourd’hui notre Pape Benoît XVI par notre prière ! Il porte le poids de la croix de l’Eglise dans l’espérance de jours meilleurs. Cette espérance n’est pas illusoire, car elle débouchera pour l’Eglise et pour les fidèles sur la Victoire de Pâques.

       Victoire tu régneras ! O Croix tu nous sauveras !



Pèlerinage à l’Abbaye de Lérins


       Quelle joyeuse animation dès 7 heures ce samedi 21 mars 2009 sur la place de Lattre de Tassigny…. Joies des retrouvailles, bonheur de passer une journée fraternelle… En route pour les iles ! Nous traversons la forêt des Maures, majestueuse, immense, vert sombre éclaboussée par l’or des mimosas. Au loin les Alpes sont encore enneigées. Comment ne pas rendre grâce à Dieu. Nous mettons sous la protection de la vierge Marie en récitant le rosaire et en chantant sous la houlette du père Samson.

       Bientôt voici Cannes la superbe. Le ciel s’est assombri ce qui donne aux iles Sainte Marguerite et Lérins un peu de mystère… L’homme au masque de fer, jumeau de Louis XIV y aurai été interné. La mer est étale, couleur de plomb, le clocher de l’abbaye pointe. Les rayons du soleil transperce les nuages et crée sur nos deux iles un manteau venu du ciel. 11 heures. Nous assistons à une messe particulièrement émouvante. Un moment de Grâce car heureuse surprise, le 21 mars fête une des deux solennités de Saint Benoit fondateur de l’ordre des bénédictins. Le 21 mars est l’anniversaire de sa mort et le 11 juillet celle de sa naissance. Après un déjeuner agréable, frère Bernard nous brosse à grands traits l’histoire de cette abbaye, une des plus anciennes de la chrétienté, puisque fondée au Vème siècle par Saint Honorat, ermite. Chrétien malgré sa famille, il fut ordonné par Saint Léonce. Sa vie exemplaire attire à lui nombre de prêtre, d’âmes recherchant le Christ.

       La vie des vingt moines cisterciens est partage entre travail et prière. « Ora et labora » est leur devise. Leur monastère est l’école de Dieu. Ils tendent vers la perfection par l’oraison mais mettent ce même souci à soigner leurs sept hectares de vigne et à produire des crus d’excellence comme la cuvée saint Sauveur, saint Pierre et saint Césaire.

         Un peu d’histoire : jusqu’au XVème siècle, l’abbaye résiste aux nombreuses attaques sarrasines et espagnoles puis commence son déclin. Les moines se retirent alors à l’abbaye de Sénanque. L’église actuelle a été reconstruite en 1880 sur l’emplacement de l’ancienne et rachetée par le diocèse de Toulon qui la donne aux moines de Sénanque. Sénanque, abandonnée à son tour est réouverte depuis 1988.  

       L’Esprit de Dieu est à l’œuvre. «Lérins est comme une miette de prières au milieu de l’éternité qui l’entoure de tout part.» écrivait Paul Claudel. Oui nous sommes prêts à repartir, à revivre ses instants magiques. Peut-être à Notre Dame du LAUS le 11 juin (pèlerinage organisé par le mouvement chrétien des retraités).

       Nous avons une pensée spéciale pour Jacques Pinel absent ce jour là et pour Bernadette, nous les remercions de leur dévouement.

Magali Paul




A propos de la déclaration de Benoit XVI

Voici l’exacte transcription du dialogue qui eut lieu entre Benoît XVI et un journaliste dans l’avion qui le menait au Cameroun.

Question :
       Votre sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l’Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l’Eglise Catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n’étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI :
       Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l’Eglise Catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je dirais que l’on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n’y met pas l’âme, si les Africains ne s’entraident pas, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d’augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l’un avec l’autre. Et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent. La disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proche de ceux qui souffrent.

       Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l’homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d’épreuve. Il me semble que c’est la juste réponse et c’est ce que fait l’église, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions ceux qui le font.




Ecoutons le témoignage d’un Evêque africain sur le préservatif


       «Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs», souligne Mgr Maurice Piat, évêque de Port-Louis, à l'Ile Maurice. Mgr Piat estime que «le pape a tout à fait raison lorsqu'il dit que le problème du SIDA ne peut être réglé simplement en distribuant des préservatifs».

       Les chercheurs ont constaté que «quand des gens bien intentionnés viennent dans des collèges faire des campagnes d'information et de prévention par rapport au SIDA et qu'ils proposent le préservatif comme seul moyen de prévention. En fait les jeunes qui jusque-là s'abstenaient de relations sexuelles par peur du SIDA, comprennent alors qu'ils peuvent avoir des relations sexuelles autant qu'ils veulent, en toute sécurité».

       Ces jeunes «commencent alors à avoir une vie sexuelle active et souvent dispersée». Après un temps, soit eux, soit leurs partenaires commencent à en avoir assez du préservatif "gêneur", ou bien ils négligent d'en avoir toujours sous la main, et de plus en plus prennent des risques en ayant des relations sexuelles non protégées». «C'est souvent ainsi qu'ils attrapent le virus et deviennent des agents propagateurs de la maladie», expliquait alors Mgr Piat.

       De fait, explique-t-il, «dans un pays comme l'Ouganda, c'est grâce à une campagne d'éducation en vue d'une abstinence avant le mariage et la fidélité dans le mariage que le taux de propagation de l'épidémie a sensiblement baissé ces dernières années. Il faut croire en la capacité des jeunes de vivre une sexualité épanouie et responsable dans les paramètres de la fidélité et de l'abstinence. Le changement de comportement auquel sont conviés les jeunes est un processus à promouvoir aussi bien par les adultes que par les jeunes eux-mêmes».

       Maintenant si on regarde les choses du point de vue moral disons nous bien que «Lorsque les médias présentent les positions de notre Eglise, ils l’enferment dans la loi, mais l’Eglise peut se rire de leurs dires car L’Eglise est avant tout le lieu de la miséricorde ! Nul en effet n’est trop loin pour Dieu ! Aussi pour le pécheur qui se repent «Même si ces péchés sont rouges comme l’écarlate ils deviennent blancs comme la neige» ! En ce temps de Carême temps de la miséricorde offerte à tous ! Soyons assez intelligents pour en profiter en faisant une bonne confession!

Père Samson




ANNONCES PAROISSIALES



Groupe des catéchumènes adultes qui se préparent au sacrement de confirmation lors d'une journée de préparation à Saint-Maximin
 

Nos Joies

Ont reçu le sacrement de Baptême :
Maëva CHIRON – Clément CIVALLERA – Lynna LAMBERT – Tyfenn MOREL.

Nos peines

Marinette BERNARDI – Louise CALMUS – Marie-Thérèse BOURRACHOT – Mario MELE – Joséphine GAU – Georges SILVESTRE – Marie AUDASSO – Yvonne ALASSEUR – Josette SCROCCO – Anne-Marie RAYNAUD – Simone FOUILLOUX – Jean-Michel BONACORSI – Georgette PIGAGLIO – Georges BRIQUET – Marcelle SAUVAGE – Jean-Claude GRAPELLI – Joséphine HERNANDEZ – Gérald BOUSSOT – Véronique BRUNETTO – Elise VILLANI-DELVENNE – Roger BENINTENDI – René NICOLAS – Jean-François ALLAIN – Christiane GUERRE

Semaine Sainte

Mardi 7 avril : 20h30 Cérémonie pénitentielle et confessions avec le père Jean-Marc Lainé, Le père Porte, le père Boussand et le père Samson.

Messe du jeudi saint 9 avril 17H00 La Moutonne – 20h30 La Crau

Vendredi saint 10 Avril : 15h00 à La Moutonne chemin de croix et à 20h30 La Crau, célébration de la Passion du Seigneur

Samedi Saint 11 avril : 11H00 à La Crau : Confessions - 16H00 à La Moutonne : Confessions - 21H00 à la Crau : veillée pascale

Dimanche de Pâques 12 avril : messe 9h15 à la Moutonne et 10h30 à La Crau

Lundi de Pâques 13 avril : pèlerinage paroissial à Notre Dame du Fenouillet - 10h30 : Procession, messe à la chapelle, pique-nique avec animation provençale.



2ème journée de préparation de la communion privée le 18/03/2009


       Le thème de cette deuxième rencontre était l'EUCHARISTIE, et nous l’avons développé en quatre points :
L'ACCUEIL : Dieu nous invite à participer à son repas.
LA LITURGIE DE LA PAROLE : Dieu a quelque chose à nous dire.
L'EUCHARISTIE : Dieu nous invite à la communion.
L'ENVOI : les personnes qui partent avant la fin de la messe ne peuvent recevoir la bénédiction du prêtre.
       Au cours de la journée une présentation des objets qu'utilise père Samson pendant la messe à permis aux enfants de découvrir les instruments liturgiques qui servent au culte.

       Accompagnés de leurs catéchistes Martine, Sylviane, Cathy, Anne, et Carole, dernière catéchiste arrivée à la paroisse. Ce fut l'occasion pour les quarante-quatre enfants de vivre un temps fort. Ils feront leur première communion le 7 juin à la Crau, le 14 Juin à la Moutonne, avec une dernière célébration le Samedi 20 Juin 2009 à la Crau.

       D’autre part, cette année douze enfants en préparation catéchétique recevront leur baptême préparé en plusieurs étapes. La première étape (la demande et l'entrée en catéchuménat) a eu lieu le Dimanche 22 Mars 2009 à la paroisse de la Crau.

Katie Terrochaire




Un mot pour rire


       Un cardinal de la curie romaine arrive au Paradis et veut passer le premier. “Faites la queue comme tout le monde !” lui intime Saint Pierre. Sur ce, arrive Marcel, conducteur de car. Saint Pierre le fait passer devant le cardinal. “Pourquoi ce privilège ?” s’indigne celui-ci. “Parce que lorsque vous prêchiez, toute l’assemblée dormait, alors que lorsque Marcel conduisait son car, tout le monde était en prière !”



   Retour